Sur la liste des femmes les plus influentes dans le domaine de la santé et de la médecine: leadership féminin, mon expérience personnelle

Cette semaine, l’un des magazines d’affaires les plus connus aux États-Unis m’a inclue sur sa liste des dix femmes les plus influentes dans le secteur de la santé et de la médecine. C’est un honneur qu’ils aient en plus choisi l’interview qu’ils ont réalisée avec moi pour la placer en couverture de leur magazine.

Vous trouverez ici un résumé de cette interview et d’autres que j’ai réalisées sur mon expérience personnelle et professionnelle pour surmonter les obstacles que beaucoup de femmes rencontrent encore quand elles décident de se battre pour leurs rêves.

Nous vous présentons les femmes qui ont inspiré d’autres personnes à réaliser leurs meilleures réussites. Nous voulons mettre en avant celles qui mènent le changement et font la différence en ces temps difficiles. Quelle est votre principale motivation ?

Toute l’équipe de l’Institut Marquès est animée par un seul objectif: aider les familles ayant des problèmes de fertilité à réaliser leur rêve de devenir parents. Pour moi, la maternité est un droit et non un devoir et je suis fière d’aider les femmes qui décident quand, comment et avec qui elles veulent avoir leur enfant.

Quels ont été les principaux défis que vous avez dû surmonter dans votre profession et votre domaine?

Les hommes ayant un titre ou un poste sont considérés comme acquis; les femmes doivent prouver leur valeur. Pendant de nombreuses années, j’ai été la seule femme responsable d’une clinique de fertilité; lors des congrès, on me demandait avec qui j’avais laissé mes enfants, et je leur répondais par la même question.

Que pensez-vous de l’actuel mouvement d’autonomisation des femmes?

Je pense que, malheureusement, il est encore très nécessaire de continuer à lutter individuellement et collectivement pour l’égalité, le respect et la reconnaissance. Pour beaucoup d’hommes, il est confortable pour les femmes de s’occuper des tâches ménagères et cela constitue une part importante de la résistance au changement.

Selon vous, qu’est-ce qui devrait être amélioré dans notre société actuelle sur le plan politique et économique pour la rendre plus égalitaire ?

Je pense que les sociétés avancées comme la nôtre vont devenir de plus en plus égalitaires. Avant, une femme pouvait choisir si elle voulait travailler, maintenant elle ne peut plus. Elle sait qu’elle a besoin d’indépendance financière car un mari peut ne pas être là pour toujours et parce qu’il faut souvent deux salaires pour payer le loyer. Nous devons lutter contre l’environnement culturel des traditions orientées vers la priorité d’une femme d’être une fille, une épouse et une mère, et de travailler en dehors de la maison pendant son temps libre. Cela signifie que nous devons nous mettre dans une position désavantageuse.

Quels conseils souhaitez-vous donner dans le domaine de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée?

Vous pouvez vous occuper des quatre piliers: la famille, les amis, le travail et l’épanouissement personnel. Ils sont tous importants, alors aucun d’entre eux ne doit être oublié. L’important est de tracer quelques lignes d’objectifs et de ne pas s’écarter de ce que pensent les autres, car dans de nombreuses situations, ils peuvent vous faire sentir que vous travaillez parce que vous êtes égoïste, que vous placez vos rêves et vos décisions avant votre famille. Nous devons tout réévaluer pour nous-mêmes, cela demande de la discipline et du courage.

Sur le plan pratique, je me concentrerai sur mon expérience de gynécologue: vous devez décider si vous voulez un congé de maternité complet, si vous voulez allaiter ou non, si vous voulez réduire vos heures de travail après avoir eu des enfants, si lorsqu’ils tombent malades à la crèche, ils doivent toujours vous appeler. Et bien d’autres choses encore.

Je suis horrifiée par les personnes qui pensent que les femmes enceintes sont des êtres faibles qui devraient être protégés ou retirés du travail. Je crois que la vie que nous portons en nous nous donne une force surnaturelle que nous devrions savoir utiliser. En le guidant à se battre, plus que jamais, pour ce que nous voulons pour nous et pour ce que nous voulons que notre enfant voit en nous. Tant à court terme qu’à long terme.

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: