Traitement des avortements à répétition: science ou chamanisme ?

Certains d’entre nous connaissent, et d’autres peuvent imaginer, l’émotion ressentie face à un test de grossesse positif. Mais maintenant, je vous demande de penser à la façon dont les personnes qui ont fait deux fausses couches ou plus vivent ce moment… L’illusion d’avoir un enfant est confrontée à la possibilité d’un nouvel échec, quelle incertitude et quelle anxiété !

Lorsqu’une patiente a fait deux fausses couches ou plus, si le problème n’a pas été diagnostiqué et traité, les risques de récidive sont élevés et augmentent en proportion directe du nombre de fausses couches précédentes.

Grâce à la Procréation Médicalement Assistée, des progrès ont été réalisés dans la connaissance des causes des fausses couches, qui sont peu connues du gynécologue non spécialisé dans ce domaine. Dans de nombreux cas, l’infertilité, l’échec de l’implantation et la fausse couche sont dus au même problème. Ils doivent donc être étudiés et traités de manière similaire.

Sur notre site, vous pouvez voir les causes, le diagnostic et le traitement des patientes souffrant de fausses couches à répétition.

Les anomalies chromosomiques de l’embryon constituent la cause la plus fréquente de fausses couches à répétition, soit environ 50% des cas. Ensuite, les thrombophilies acquises (syndrome des anti-phospholipides) et les thrombophilies héréditaires, environ 20%. Dans le 30 % des cas restants, nous ne connaissons pas le diagnostic.

Je veux dire que ces deux causes sont les seules pour lesquelles des preuves scientifiques ont été démontrées. Dans tous les autres, NON.

Nous devons reconnaître ce que nous ne savons pas et étudier et faire des recherches pour aller de l’avant. L’infertilité est une nouvelle science, mais c’est une science.

Je suis préoccupée par ce qui se passe dans ma spécialité avec la gestion des fausses couches à répétition et des échecs d’implantation d’embryons en FIV. Comme nous ne savons toujours pas beaucoup de choses, il est devenu à la mode de faire toutes sortes de tests diagnostiques sans base scientifique et de traitements empiriques (« basés sur sa propre expérience et observation sans avoir impliqué une supposition ou une déduction logique et sans démonstration scientifique ») dignes du chamanisme, je fais référence à des études telles que les cellules tueuses naturelles (natural killer cells), les anticorps anti-paternels, KIR, HLA, les chirurgies utérines sans une indication réelle, etc.

Puisque, sans rien faire, il y a une chance que la prochaine grossesse se passe bien, avec n’importe quel traitement, on peut avoir l’impression d’avoir tout compris: cela nourrit l’ego du médecin. En outre, nous subissons la pression de l’industrie pharmaceutique et des patients qui ont tout lu sur internet ou qui ont reçu ces propositions dans d’autres cliniques.

Je vous donne l’exemple de la vitamine D: tout d’un coup, tout le monde en a une faible et c’est la cause de toutes les pathologies. Et ce n’est pas vrai!

L’infertilité est une maladie qui nécessite un diagnostic, un pronostic, un traitement approprié et l’humilité de reconnaître ce que vous ne savez pas.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: