Avoir un bébé lors d’une pandémie

J’ai eu l’honneur d’être l’une des personnes sélectionnées par le magazine Objetivo Bienestar comme l’une des femmes ayant le plus contribué cette année à la santé et au bien-être des femmes. J’ai été distinguée pour les progrès et l’innovation en matière de PMA et j’ai pu partager avec les autres marques récompensées une réunion amusante qui s’est déroulée à Madrid. Je me souviendrai toujours de la façon dont les participants ont réagi à mon discours avec une réelle émotion. Je voulais expliquer comment nous avons vécu ces mois à l’Institut Marquès et comment les femmes qui ont besoin d’une aide médicale pour devenir mères ont dû traverser la pandémie en manquant ce qu’elles désiraient le plus.

Voici le texte…

Remise des prix avec la présentatrice de l’événement, Elsa Anka

Le désir de faire des efforts inimaginables pour avoir un enfant n’a pas changé au cours de l’histoire de l’humanité, ce qui a changé, ce sont les moyens d’y parvenir.

De plus en plus de personnes ont besoin d’une aide médicale pour devenir parents et c’est pourquoi, pendant la pandémie de COVID, des milliers d’enfants ont cessé de naître. Nos centres ont été fermés, il n’été pas autorisé de se rendre en Espagne, en venant d’autres pays, où de nombreux patients viennent chercher les meilleurs résultats et les lois les plus humaines.

 En ces mois où l’on nous a forcé (ou appris) à valoriser, plus que jamais, le foyer, la famille et les émotions… il manquait à leurs bras leur bébé.

 Nous avons réagi avec ce qui était nécessaire: la télémédecine.

 Faire en sorte que les consultations non présentielles correspondent aux souhaits des patients. Ils ont plus que jamais apprécié le fait que nous soyons les seuls à permettre une connexion en ligne aux incubateurs, pour voir en direct le développement de leurs embryons.

 Nous avions inventé la formule permettant aux patients de congeler eux-mêmes leur sperme et de l’envoyer au centre, il était temps d’utiliser le télésperme: FreezeKit.

 Nous avons mis au point une méthode permettant de transférer les embryons au domicile de la patiente avec les mêmes résultats, et nous sommes presque prêts pour le télétransfert.

 La pandémie a modifié nos valeurs en matière de santé et de maladie. Nous voulons désormais plus de contrôles de santé, plus d’informations, plus de transparence, une médecine plus durable avec uniquement les déplacements nécessaires, plus humanisée et beaucoup plus respectueuse de notre vie privée.

 Atteindre des limites insoupçonnées pour aider à réaliser le désir d’être parents, c’est ce à quoi nous nous consacrons à l’Institut Marquès et aujourd’hui nous avons été récompensés pour cela.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: