Coronavirus, FIV et grossesse

Ces jours-ci, le monde est en train de vivre une situation exceptionnelle qu’aucun de nous n’avait jamais connue; et je dis le monde parce que nous parlons d’une pandémie (une maladie épidémique qui se propage à de nombreux pays). L’épidémie de coronavirus qui a conduit le gouvernement espagnol à déclarer un état d’alerte nécessitera dans les prochaines semaines que nous apportions nos plus fortes doses de responsabilité individuelle et collective.
À l’Institut Marquès, nous appliquons les recommandations du Ministère de la Santé et des sociétés scientifiques nationales et européennes de notre secteur (SEF et ESHRE). Nous sommes très conscients de la mise à jour constante de toutes ces mesures et prêts à agir en conséquence à tout moment avec afin de garantir la sécurité de notre équipe et de nos patients. Mais surtout, nous devons rester calmes. Dans nos installations, vous trouverez partout des distributeurs de gel hydro-alcoolique, des boîtes à mouchoirs ou des poubelles à pédale pour que vous n’ayez pas à les toucher avec vos mains; nous avons augmenté la désinfection de nos salles de consultation et retiré nos magazines et brochures de nos nids. Et enfin nous avons annulé toutes les activités de groupe, comme les consultations face à face avec les patients et les ateliers, pour réduire les risques de contamination. Et ce ne sont là que quelques-unes des mesures prises face à la situation sans précédent qui a changé notre quotidien.
Vous me demanderez quel est mon avis sur ce que vous devriez faire si vous avez prévu de commencer un traitement ou si vous venez de le faire. Pour vous, qui êtes déjà dans le processus, vous n’avez aucune raison de craindre. Selon la SEF (Société Espagnole de Fertilité), le virus n’est pas transmis de la mère au fœtus. Rien n’indique qu’il soit présent dans le matériel biologique reproductif (ovocytes, spermatozoïdes, embryons) ou dans les fluides biologiques apparentés (liquide folliculaire, sperme) ou dans les sécrétions génitales (vaginales, utérines). La SEF ajoute qu’aucune aggravation de la maladie n’a pas été constatée jusqu’à présent chez les patientes enceintes infectées et qu’aucune augmentation des avortements n’a pas été observée depuis le début de cette crise. Vous pouvez donc être calme dans cet aspect. Le plus conseillé maintenant est de s’informer, mais toujours de sources solvables et rigoureuses, et surtout de faire confiance à nos professionnels et de prendre en compte leurs conseils.
Au cours des prochains jours, nous continuerons de nous occuper de nos patients par vidéoconférence et en personne, uniquement lors de visites d’urgence. À l’Institut Marquès, nous sommes les premiers à faire en sorte d’éviter la propagation de cette maladie aussi nouvelle et expansive et qui nous tient tous à l’affût. Mais la vie fait son chemin, et une fois que cet épisode grave sera maîtrisé, il le fera avec plus de force que jamais.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: