Les bébés viennent sans instructions

En tant que gynécologues et pédiatres, nous sommes surpris de voir que presque tous les couples arrivent à l’accouchement sans avoir changé une seule couche et sans savoir qu’est-ce que c’est que le cordon ombilical.

On se demande: est-ce qu’ils n’ont jamais soigné un bébé, même pas pour un petit moment? Est-ce qu’ils n’ont pas été curieux de connaître son propre nombril? À quoi pensaient-ils pendant ces neuf mois?

De plus, il s’agit souvent de couples qui s’y connaissent sur beaucoup de domaines, qui se préparent soigneusement pour n’importe quelle tâche, qui s’informent du film qu’ils vont regarder avant d’aller au cinéma, qui étudient les guides touristiques avant de faire un voyage… mais ils n’ont aucune idée des nombreux détails liés au bébé qui va changer leur vie beaucoup plus qu’un livre ou un voyage.

Cette situation a bien sûr une explication logique: historiquement, s’occuper d’un enfant était quelque chose que la femme était censée savoir faire. Jusqu’à récemment, elle était responsable de ses petits frères jusqu’à son mariage et, un an plus tard, elle commençait son propre cycle d’accouchements.

Et tout d’un coup, sans génération intermédiaire, on se rend compte que l’instinct de savoir prendre soin d’un enfant n’est pas resté imprégné dans les gènes des femmes de notre espèce et que quelqu’un devra nous apprendre toutes les compétences considérées innées et instinctives.

Dans cette société de l’information, des masters et des cours en ligne, avec la génération de jeunes la plus préparée de l’histoire, où tout est discuté et examiné, il est supposé que les parents soyons, sans nous préparer, des experts en puériculture, que nous sachons comment nourrir le bébé, ou comment réussir à qu’il arrête à pleurer de façon inconsolable.

Le moment le plus intense est le jour de la sortie de l’hôpital après le premier accouchement, tout d’un coup ils se rendent compte qu’ils ne savent pas comment prendre soin du bébé et ils n’osent pas partir. Ils demandent à être informés de tout ça immédiatement! Eh bien, si on le filmait, cela serait digne d’un film de comédie.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow

Get every new post on this blog delivered to your Inbox.

Join other followers: